LES INFOS

AU QUÉBEC, SOMMES-NOUS RENDUS AU « TRIPLE VERRE» ?

Julien Collette

Au Québec ainsi qu’au Canada, en 2021, en fonction de tous les facteurs qui sont à considérer, en sommes–nous vraiment rendus au triple verre pour le vitrage extérieur de nos bâtiments? Regardons justement cela en fonction des différents facteurs qui sont à considérer!

Dernière mise à jour le 4 avril 2021 à 14 h 55 min

Et pour aider à cette analyse, je vais, entre autres, me servir de l’expérience que j’ai eue, en 2019, pour le remplacement de toutes les fenêtres de mon petit bungalow. On parle en fait ici de huit fenêtres et d’une porte-patio. Et donc, en incluant la porte-patio qui est de 2 lumières, le nombre total de lumières pour tout le projet était de 22 et les dimensions, autant pour les fenêtres que pour la porte-patio, sont des dimensions très régulières pour ce genre d’habitation. À signaler, il n’y a pas eu de changement de dimensions pour les ouvertures brutes ce qui aurait fait augmenter passablement les coûts de main-d’œuvre.

LE RENDEMENT ÉNERGÉTIQUE

Le facteur énergétique est assurément maintenant le principal facteur à considérer en ces années de transfert énergétique vers les énergies vertes, ceci puisque ces énergies vont nous coûter beaucoup plus cher, il ne faut pas en douter. Mais, malgré tout, faut-il qu’il y ait une amélioration significative de ce rendement, entre le verre double scellé de bonne performance et le verre triple scellé aussi de bonne performance, pour justifier cet achat?

Donc, regardons cela en fonction de mon petit projet de remplacement de fenêtres à mon bungalow. Pour ce projet, ne voulant pas faire augmenter les coûts inutilement, j’ai cherché des produits que je savais courants mais qui restaient aussi avec de bonnes performances ainsi que bien adaptés à notre climat. Voici donc, au niveau du vitrage, les produits pour lesquels j’ai demandé des prix :

Verre double scellé incluant :

Double verre clair, régulier, de 3mm ou 4mm d’épaisseur selon les dimensions du panneau thermos.

Épaisseur total de 22.2mm (7/8’’).

Intercalaire non-conducteur type TGI SPACER de la compagnie Technoform, de 16.2 mm (5/8’’) de profondeur si verre de 3mm, blanc.

Enduit à faible émissivité « soft coat » (Low-E) type PLANITHERM LUX de la compagnie Saint-Gobain en face 3.

Argon à 90 %.

Verre triple scellé incluant :

Triple verre clair, régulier, de 3mm ou 4mm d’épaisseur selon les dimensions du panneau thermos.

Épaisseur total de 31.8mm (1 1/4’’).

Intercalaires non-conducteurs type TGI SPACER de la compagnie Technoform, de 11.4mm (7/16’’) de profondeur si verre de 3mm, blanc.

Enduits à faible émissivité « soft coat » (Low-E) type PLANITHERM LUX de la compagnie Saint-Gobain en faces 3 et 5.

Argon à 90 %

Et le rendement énergétique de ces produits, avec des intercalaires de 12.7mm (1/2’’) sur tous les produits pour fin de comparaison, était le suivant :

Pour le verre double scellé :

RSI : 0.66             USI : 1.52            RIP : 3.73            UIP : 0.27

SHGC : 0.72        TRANSMISSION LUMINEUSE : 81%

Pour le verre triple scellé :

RSI : 1.27             USI : 0.79            RIP : 7.19            UIP : 0.14

SHGC : 0.61        TRANSMISSION LUMINEUSE : 73%

Et même si la profondeur des intercalaires a une influence d’environ 13 % sur le rendement thermique, en plus ou en moins (11.4mm à 12.7mm et à 16.2mm), il demeure, malgré tout, qu’il y a une forte augmentation du rendement thermique entre ces deux produits. Cette augmentation est donc, toujours en comparant avec des intercalaires de 12.7mm (1/2’’) sur les deux produits, de :

RSI 1.27 / RSI 0.66 = 1.924 = augmentation de 92 %

Et de plus, comme nous pouvons aussi le constater, les deux produits offraient donc une très bonne performance pour le SHGC (Solar Heat Gain Coefficient), ce qui est très important dans un climat comme le nôtre comme plusieurs le savent maintenant. Et en plus, les deux produits conservaient un très bon pourcentage de transmission de lumière visible, malgré tout, compte tenu de leurs performances, ce qui est aussi très important comme plusieurs le savent aussi.

Remarques :

L’intercalaire non conducteur type TGI-SPACER de Technoform est un intercalaire que j’ai utilisé sur une multitude de projets majeurs, autant dans le domaine commercial, industriel qu’institutionnel, alors, j’étais vraiment très confortable avec ce produit pour mon petit projet. En fait, ce produit m’a même aidé à faire mon choix puisqu’il n’était pas disponible chez tous les soumissionnaires.

L’enduit à faible émissivité type PLANITHERM LUX de Saint-Gobain, que j’ai acheté pour mon projet, était distribué par la compagnie québécoise Therrmafix A.J. Inc. et ce produit était considéré comme un produit de haute performance pour notre climat. Plusieurs autres manufacturiers dans le domaine du vitrage offrent aussi maintenant des produits similaires.

L’INDICE DE TEMPÉRATURE « I »

L’indice de température « I », aussi appelé l’indice de résistance à la condensation, est un indice qui est mesuré en laboratoire lors de tests sur l’ensemble de la fenêtre. Durant ces tests, pour établir l’indice « I » pour le verre, plusieurs mesures de température sont prises sur le verre du côté intérieur et la moyenne de ces températures, combinée aux températures de la chambre de test du côté chaud et de la chambre de test du côté froid permettent d’établir l’indice. Il n’y a donc pas de lien direct entre l’indice de température « I » établi pour un panneau de verre quelconque, lors de ces tests, et les données publiées par le manufacturier de ce même panneau de verre. De plus, les données que fournissent les manufacturiers de vitrage isolant pour établir le facteur « U » sont toujours prises au centre du panneau de verre.

Comme exemple donc, prenons les coefficients qui ont été publiés par la compagnie Kawneer, pour sa série « 1600UT System 1 Curtain Wall » (voir à cet effet l’article qui a été publié sur ce site, soit : https://qc-ca.infodoorsandwindows.com/commandites/1600ut-system1-curtain-wall/), coefficients qui sont :

CONDENSATION RESISTANCE (CSA A440.2) :

1’’ DOUBLE-GLAZED INFILL :

I = 68

1-3/4’’ TRIPLE-GLAZED INFILL :

I = 78

Et donc ici, pour l’indice de température « I », aussi appelé l’indice de résistance à la condensation, l’augmentation est de :

I : 78 / I : 68 = 1.147 = augmentation de 15%

Et même si cette augmentation ne semble pas majeure, elle l’est malgré tout puisque d’avoir un indice de condensation « I » qui est proche de 80, pour un verre triple scellé installé dans un cadre en aluminium, cela est très significatif.

Pour plus d’information à propos de l’indice de température « I », svp, voir l’article suivant qui a été publié sur le présent site, soit : https://qc-ca.infodoorsandwindows.com/infos/lindice-de-temperature-i-important-ou-pas/.

LE CNB

Il y a eu une augmentation significative des exigences pour le rendement thermique du vitrage extérieur de nos bâtiments, au fil des ans, dans les différentes éditions du CNB. Nous sommes passés de rien ou de presque rien, dans les années 90, à des exigences « pour réduire au minimum la condensation » avec de nouvelles normes à respecter, qui sont de plus en plus exigeantes, ainsi que de nouveaux facteurs (coefficients) à respecter, qui sont aussi de plus en plus exigeants.

Dans l’édition actuellement en vigueur du Code de construction du Québec, soit le CNB 2010 – QUÉBEC 2015, il y a même un nouveau chapitre complet qui traite justement de l’efficacité énergétique. Ce nouveau chapitre, cette nouvelle partie, se nomme donc, vous l’aurez deviné, la « Partie 11 – Efficacité énergétique ». Et dans cette nouvelle partie il est justement question du rendement thermique pour le vitrage extérieur de nos bâtiments.

Voici donc des données obtenues au tableau 11.2.2.4 de cette nouvelle partie, converties pour fin de comparaison en différents facteurs :

Coefficients si moins de 6000 degrés-jours sous 18 C (sud du Québec) :

USI = 1.800          RSI = 0.556          UIP = 0.317          RIP = 3.155

Coefficients si 6000 ou plus de 6000 degrés-jours sous 18 C (nord du Québec) :

USI = 1.600          RSI = 0.625          UIP = 0.282          RIP = 3.546

Ces données sont des minimums à respecter et comme pour tous ce qui est exigé dans le CNB. À remarquer donc que les minimums exigés ici sont très proches des coefficients donnés ci-haut pour le « verre double scellé à haut rendement » qui a été considéré pour mon petit projet, à ma résidence.

Pour plus d’information à propos des exigences du CNB en regard du vitrage extérieur de nos bâtiments voir l’article suivant qui a été publié sur le présent site, soit : https://qc-ca.infodoorsandwindows.com/infos/vitrage-vs-isolation-vs-codes-du-batiment/

LA DISPONIBILITÉ

Depuis que je suis entré dans le domaine des portes et fenêtres, à la fin des années 70, le verre scellé était disponible autant en double verre qu’en triple verre. Je n’ai jamais donc eu de problème à obtenir du verre triple scellé pour mes projets. En fait, pour les manufacturiers de vitrage isolant, il s’agissait pour eux que d’ajouter une autre couche, une autre feuille, avec la même procédure, rien de plus, rien de moins.

Et pour les manufacturiers de portes et fenêtres qui ont des produits développés pour le domaine commercial, industriel et institutionnel, je peux vous confirmer que tous ou presque ont maintenant des alternatives qui permettent le triple verre et que ces alternatives sont assez bien fignolées. Ce n’est pas qu’au niveau commercial ou industriel qu’il y a une si forte demande pour du triple verre, c’est plutôt au niveau institutionnel que cela se passe. Dans ce segment, il y a maintenant une bonne demande pour du triple verre et les portes et fenêtres développées pour ce segment de marché sont les mêmes que celles développées pour les autres segments de ce même marché. Ces manufacturiers n’ont donc pas le choix de développer des portes et des fenêtres qui couvrent tous les segments de leur marché.

Là où cela a été et demeure encore beaucoup plus difficile, c’est surtout au niveau des manufacturiers de portes et fenêtres du domaine résidentiel. Et ceci est dû au fait que les panneaux de verre triple sont plus épais et qu’ils sont aussi plus pesants. Indépendamment du matériel de base utilisé, soit le pvc, le bois ou tout autre matériau, les designs développés dans les années 90, de leurs produits, ne permettaient pas de recevoir ces panneaux. Pour eux donc, le changement était important puisqu’ils devaient développer une nouvelle ligne de produit avec tout ce que cela implique dans leurs usines très automatisées. Certains l’ont fait correctement et d’autres à moitié seulement, en cherchant à conserver une partie de leurs anciens designs.

Revenons donc à mon petit projet de remplacement de portes et fenêtres à ma résidence. En magasinant, j’ai donc pu constater que certains manufacturiers du domaine résidentiel avaient fait de grands pas et que d’autres de très petits. Même si tous m’ont offert une alternative avec du triple verre, tous n’avaient pas vraiment adapté leurs produits pour recevoir du triple verre. Le principal problème que j’ai donc pu constater est que plusieurs manufacturiers avaient simplement changé la moulure à vitrage intérieure pour une plus petite, sur leurs anciens modèles, pour permettre le triple verre, sans que cela soit valable, puisque le vitrage ainsi fourni n’était pas assez épais. Pour un minimum d’efficacité avec un verre scellé, double ou triple, il faut que l’espace d’air entre les verres soit au minimum de 11.1mm (7/16’’).

LE POIDS DU VERRE

Pour les produits développés pour le domaine commercial, industriel et institutionnel, même si le verre utilisé dans ces produits est plus épais (5mm ou 6mm normalement) que dans le domaine résidentiel et donc plus pesants, à cause de la robustesse des cadres et des volets qui sont faits en aluminium et à cause de la quincaillerie utilisée, qui est plus robuste, il n’y a pas normalement de problème pour que ces produits reçoivent du triple verre.

Pour les produits développés pour le domaine résidentiel, par contre, même si le verre utilisé dans ces produits est moins épais (3mm ou 4mm normalement) que dans le domaine ci-haut mentionné, et donc moins pesant, et même si leur design avait été adapté au triple verre, leurs produits atteignent assez rapidement les limites imposées par la quincaillerie qu’ils offrent et les limites imposées par la robustesse de leurs cadres et de leurs volets, faits de matériaux beaucoup moins robustes que l’aluminium. Pour mon projet, comme les lumières étaient relativement petites, il n’y avait pas de problème avec les dimensions des fenêtres en pvc que j’ai commandées et la quincaillerie de Truth Hardware que j’ai aussi commandée. Par contre, donc, si vos lumières sont de bonnes dimensions, avec ce genre de matériaux et de quincaillerie, il demeure important de vérifier.

Pour information, voici un tableau très utile, que j’ai souvent utilisé par le passé, pour orienter mon choix de quincaillerie et m’orienter aussi pour la dimension des volets ouvrants lorsque j’utilisais de la quincaillerie de Truth Hardware (maintenant « Amesbury Truth ») :

Si vous avez de la difficulté à lire les informations sur cette image, il vous est conseillé de simplement l’enregistrer sur votre appareil pour pouvoir la lire plus facilement (bouton droit de la souris). Et pour ceux qui veulent obtenir le fichier pdf, voici le lien :

http://www.truth.com/technical-support/catalog/HW25nn-25oo%20Maxim%20Chart.r6.pdf.pdf

LE PRIX

Au niveau de la compétition, et ceci pour l’ensemble des différents segments de marché, comme tous offrent maintenant du triple verre avec leurs portes et fenêtres, les prix sont très compétitifs maintenant pour ce genre de produits, il va sans dire.

Mais, malgré tout, est-ce que cela en vaut la dépense? Eh bien, regardons cela avec mon petit projet de remplacement de portes et fenêtres, à ma résidence. La différence de prix pour passer du double verre hautes performances au triple verre hautes performances était, en moyenne, d’environ $2000.00 pour toutes les soumissions que j’ai eues et j’en ai eu plusieurs. Soit donc environ 15% du projet, toujours en moyenne, sur l’ensemble des soumissions que j’ai eues. À noter par contre ici que tous ces prix étaient pour des travaux clés en main, donc, que toutes ces soumissions incluaient l’ensemble des travaux, dont la main-d’œuvre d’installation.

Et donc, en considérant qu’au Québec, qu’environ 50 % de l’énergie que nous utilisons pour nous chauffer et nous climatiser est due aux pertes que nous avons par nos portes et nos fenêtres et que le vitrage représente environ 80 % de la surface de ces produits, le calcul est assez simple à faire :

En supposant, par exemple, que le coût total pour l’énergie de votre résidence serait de $ 2500.00, annuellement, avec un verre double scellé hautes performances tel que décrit ci-haut :

Et qu’environ 50 % de la dépense en énergie est due aux portes et aux fenêtres :

50 % de $ 2500.00 = $ 1250.00

Et qu’environ 80 % de la surface de ces produits est attribuable au verre :

80 % de $ 1250.00 = $ 1000.00 (coût approximatif de la dépense d’énergie annuelle attribuable au vitrage)

Et en cherchant à demeurer très conservateur, la différence du rendement thermique serait d’environ 34 % entre le verre double scellé décrit ci-haut et le verre triple scellé décrit ci-haut :

Verre double scellé tel que décrit ci-haut, de 22.2 mm total :

RSI : 0.74 (RSI de 0.66 + 13 % pour intercalaires de 16.2 mm)

Verre triple scellé tel que décrit ci-haut, de 31.8 mm total :

RSI : 1.11 (RSI de 1.27 – 13 % pour intercalaire de 11.4 mm)

Donc, la différence du rendement thermique est de 34 % :

RSI 0.74 / RSI 1.11 = 0.66 = 66 %

100 % – 66 % = 34 %

L’économie annuelle, approximative, serait de $ 340.00 :

34 % moins de perte sur $ 1000 = économie de $ 340.00 annuellement

Et il faudrait donc 6 ans, approximativement aussi, pour amortir ce montant :

$ 2000.00 d’extra pour triple verre / $ 340.00 d’économie annuellement = Environ 5.88 années pour récupérer la dépense.

Et donc, même si ces calculs sont très approximatifs, ils démontrent bien, malgré tout, que la récupération de cette dépense supplémentaire est très facile à faire.

LA DURABILITÉ

La durabilité du double verre scellé est exactement la même que celle du triple verre scellé. Là où il faut faire attention est de s’assurer d’obtenir un verre scellé avec double scellant (double seals) et non pas avec un simple scellant (single seal). Dans le domaine résidentiel surtout, les manufacturiers de portes et fenêtres bas de gamme, qui vendent souvent leurs produits aux constructeurs de maisons neuves, offrent souvent du vitrage isolant avec un simple scellant, aussi appelé du « single seal », question de faire baisser les coûts. Par contre, avec les produits de plus hautes performances comme ceux décrits ci-haut, il est très rare d’avoir du simple scellant.

La meilleure façon de s’assurer que le vitrage que l’on achète n’a pas juste un simple scellant est avec la garantie qui est offerte par le manufacturier du vitrage. Dans la très grande majorité des cas, si la garantie qui est offerte est de 5 ans, votre vitrage sera avec un simple scellant et si la garantie qui est offerte est de 10 ans, votre vitrage sera avec un double scellant. La différence, qui est très importante, est sur la durée de vie du vitrage isolant. Un vitrage avec un simple scellant a une durée de vie d’environ 10 ans tandis qu’un vitrage avec un double scellant a une durée de vie d’environ 20 ans.

CONCLUSION

Et donc, en conclusion…

En considérant une augmentation approximative de 50 % (RSI 1.11 / RSI 0.74 = 1.50), ou plus, pour le rendement thermique d’un double verre scellé hautes performances, tel décrit ci-haut, par rapport à un triple verre scellé hautes performances, aussi tel que décrit ci-haut et ceci, c’est sans tenir compte du coefficient SHGC, entre autre, aussi.

En considérant que l’indice de température « I » s’approche de 80 avec un triple verre scellé hautes performances, ce qui est très significatif pour cet indice.

En considérant que le Code National du Bâtiment a des exigences minimales de plus en plus restrictives pour le rendement énergétique du vitrage extérieur de nos bâtiments et que même le verre double scellé hautes performances devient très limite. En fait, ce qu’il faut se poser comme question ici est; qu’elles seront les exigences du CNB dans 5 ans ou dans 10 ans? Il est beaucoup plus facile de vendre une propriété qui répond aux normes, et surtout à meilleur prix, qu’une propriété qui doit être mise aux normes.

En considérant que la disponibilité des portes et des fenêtres, avec du triple verre, n’est plus vraiment un problème, même si certains manufacturiers ont encore des pas à franchir dans le design de leurs produits.

En considérant que le poids du triple verre n’a jamais été vraiment un problème pour les portes et fenêtres du domaine commercial, industriel et institutionnel et est maintenant un problème gérable pour les portes et fenêtres du domaine résidentiel.

En considérant que le prix n’est pas un problème non plus comme démontré ci-haut. Et en considérant aussi en plus que comme la durée de vie de ce type de vitrage est d’approximativement 20 ans, que non seulement l’amortissement de la dépense ne fait aucun doute mais qu’il est aussi question ici de mettre de l’argent directement dans nos poches et ceci pendant plusieurs années après l’amortissement.

En considérant donc aussi que la durabilité, si on fait le bon choix, n’est pas un problème non plus. Le double scellant étant disponible chez tous les manufacturiers de vitrage isolant, sans aucune exception. Reste à voir si le verre scellé utilisé avait un simple ou un double scellant et donc, il est important de vérifier la garantie qui est offerte, sur le vitrage, par le manufacturier qui a fourni ce vitrage.

Il n’y a donc pas le moindre petit doute à y avoir!

SOURCE(S) :

Lien vers la société Saint-Gobain Glass :

https://www.saint-gobain-glass.com/

Lien vers la société Truth Hardware (maintenant « Amesbury Truth ») :

http://www.truth.com/

 

Laisser un commentaire

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur skype
Skype
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print

Recherche D'Articles :

  • Types d'Article

  • Catégories

  • Auteurs (Membres)

  • Langues

  • Lieux

  • Sociétés

  • Spécialités

  • Étiquettes